Pêche du carnassier au mois de mars

En Corrèze, sur les lacs de barrages, la pêche des percidés est autorisé jusqu'au 2ème dimanche de mars (week end de l'ouverture de la truite). Il est donc possible de pêcher au leurre ou au vif après la fermeture du brochet car les sandres et perches se reproduisent généralement en avril. Si malencontreusement un brochet venait à mordre il vous serait obligé de le remettre à l'eau. Les semaines précédent la période des amours sont souvent très bonnes car les poissons ont besoin de nourriture pour le bon développement des œufs. Malheureusement, en cette saison, les conditions météorologiques sont parfois catastrophiques: températures glaciales, du vent, de l'eau et même de la neige!
Peu importe, quand on est passionné, l'envie de traquer les percidés est plus forte que la raison...

C'est donc début mars que je prévois de faire une sortie sur le lac de Marcillac la Croisille. D'après mes informations le niveau du lac a bien remonté suite aux fortes précipitations, la mise à l'eau du bateau est garantie. La vieille, je propose à un ami pêcheur de m'accompagner mais vu la météo annoncée (fort vent, froid et pluie) il me répond qu'il sera mieux devant la cheminée. J'avoue que je me tâte aussi mais je n'ai pas de cheminée!

Je décide de ne pas partir très tôt le matin afin de pêcher les moments les plus chauds de la journée (ou plutôt les moins froids!). C'est à 9h30 que j'arrive au bord de l'eau, il n'y a pas un pêcheur à l'horizon. Par surprise je tombe  sur un lac d'huile, pas une vaguelette à la surface mais la température est fraiche et accompagnée d'une bruine peu agréable. Qu'importe c'est toujours mieux que ce qui était annoncé!

P1010616

A 10h00, je suis prêt, j'arrive sur un poste à proximité de la mise à l'eau. Je monte un leurre souple de type shad en 6" (15 cm) sur une tête plombée de 10g. A cette saison les20160214_095104 poissons consomment des proies conséquentes il ne faut pas hésiter à mettre une bonne bouchée. Je rajoute un triple voleur au cas où les attaques seraient fébriles. J’aperçois au sondeur quelques échos dans 10 mètres de profondeur. Je coupe le moteur électrique et lance mon leurre dans cette profondeur. Après 2 animations, poisson! Une belle tape typique du sandre. Le poisson arrive au bateau, c'en est bien un, il mesure une cinquantaine de centimètres. Une photo (pour narguer un peu le copain devant sa cheminée!) et remise à l'eau.

20151113_172836La journée commence plutôt bien mais attention, quand ça parait trop facile on peut vite déchanter. Je relance mon leurre au même endroit, je l'anime et sens une lourdeur, n'ayant eu aucune de touche j'hésite 1 seconde puis ferre, poisson! Le combat est différent et c'est une jolie perche qui arrive au bateau: 43 cm. Je continue et ap20160214_095438rès quelques lancers un autre poisson s'empare de mon leurre, c'est encore une belle zébrée (39cm).

Le leurre semble être le bon, les poissons sont en chasse, c'est le top! Je poursuis ma pêche et prends une grosse touche identique à la 1ère. Un 2ème sandre! Celui-ci est un peu plus gros.

20160214_095043A 10h15, j'ai déjà 4 poissons mais ça ne durera pas!
Je ne referai pas de poisson sur cette zone. Ils ont soit, fui le secteur soit, arrêté de s'alimenter. Le fait de remettre directement les poissons à l'eau  peut casser le coup mais bon j'évite de les garder au vivier pour éviter tous risques de mortalité.
Je vais ensuite prospecter plusieurs postes similaires qui me rapporteront 5 autres sandres entre 40 et 45 cm sur le reste de la journée.
Bilan: 7 sandres et 2 perches. Comme quoi il ne faut pas toujours se fier à la météo et ne pas hésiter à aller pêcher ces périodes peu réjouissantes.

@ bientot

Charlie TOUCHE

Les commentaires sont fermés.